Assainissement des eaux usées : comment faire le bon choix ?

Les dispositifs d’assainissement individuel sont disponibles en plusieurs déclinaisons. Il faut savoir, cependant, que la configuration de la parcelle est l’élément déterminant du choix du système le plus adapté. A cet effet, une étude de sol doit être effectuée pour choisir la filière de traitement idéale. Bien évidemment, trouver un bureau d’études spécialisé est recommandé pour s’en charger.

D’autres éléments sont également pris en compte dans le choix d’une filière adaptée à la résidence en question. Que ce soit pour une filière traditionnelle ou une filière agréée, l’état du terrain, le coût, et le fonctionnement du dispositif adopté sont aussi des critères qui peuvent impacter le choix des propriétaires.

 Note :

Peu importe le choix adopté, celui-ci doit toujours faire l’objet d’une validation de la part du SPANC.

Assainissement des eaux usées : ce qu’il faut savoir avant d’entamer les travaux

Il est nécessaire de connaitre toutes les possibilités par rapport à l’habitation avant d’opter pour un dispositif d’assainissement en particulier. Les éléments suivants doivent ainsi être déterminés au préalable :

  • La surface de terrain disponible pour l’installation : certaines installations sont beaucoup plus encombrantes, tandis que d’autres sont plus compactes.
  • Le degré de la pente du terrain (topographie) : permet de savoir s’il faut un tertre ou une pompe de relevage.
  • Le nombre total des pièces de la maison (à préciser avec leurs usages respectifs) : élément important pour bien dimensionner les installations.
  • Le type de sol en question : quel est son niveau de perméabilité ? Est-il possible d’y faire un traitement et une évacuation des eaux usées ?
  • Les contraintes relatives au terrain : vérifier la présence de puits et d’arbres dans les environs.

Il est à noter qu’une certaine distance doit être respectée entre le dispositif d’assainissement et les éléments se trouvant autour. En voici les détails :

  • Distance par rapport à un captage d’eau potable : 35 m
  • Distance par rapport à un puits (peu importe la profondeur) : 35 m
  • Distance par rapport aux limites des propriétés voisines : 3 m
  • Distance par rapport aux arbres et arbustes : 3 m
  • Distance par rapport à l’habitation : 5 m

Remarque :

C’est le dispositif d’assainissement qui doit se trouver éloigné de la maison. Le bac à graisse, obligatoirement, doit être placé tout près de l’habitation.

Quels sont les critères de choix dans le cadre d’un système d’assainissement ?

Après avoir déterminé les éléments précédemment cités, il est déjà possible de faire une présélection parmi les systèmes d’assainissement disponibles. Il reste alors les facteurs suivants pour fixer définitivement le choix sur le dispositif désiré :

  • Le coût en général (prix d’achat des matériaux, coût total de la main d’œuvre, coûts relatifs à l’entretien, …)
  • Le système de maintenance du dispositif
  • Les possibilités de financement du projet (il y en a quelques uns qui sont accessibles grâce au prêt à taux zéro)
  • L’intégration de l’installation dans l’ensemble du paysage (certains systèmes prennent moins de place que d’autres)
  • La préférence entre un dispositif plus industriel et une installation autonome

Baser le choix sur les procédés d’assainissement, c’est aussi possible !

Pour comparer de manière claire et concise les procédés d’assainissement existants, le tableau suivant est fourni à titre indicatif :

Dispositifs Fonction Production de boues Entretien à faire
Fosse toutes eaux Prétraitement Élevée Vidange (tous les 4 ans)
Fosse septique Prétraitement Élevée Vidange (tous les 4 ans)
Micro-station d’épuration Prétraitement et traitement Élevée Vidange annuelle
Bambou d’assainissement Traitement partiel Élevée Coupage des bambous (tous les 4 ans)
Lagunage eaux usées Traitement partiel Moyenne
  • Faucardage annuel (coupe des tiges)
  • Curage (5 à 10 ans)
  • Nettoyage hebdomadaire
Filtres plantés Prétraitement et traitement Faible
  • Désherbage (tous les 12 mois)
  • Retrait des boues (tous les 10 ans)
  • Faucardage (tous les 12 mois)
Toilettes sèches Traitement des eaux-vannes Faible
  • Vidange (tous les 3 jours)
  • Nettoyage régulier des réceptacles
Filtre à coco Traitement partiel Faible Vidange (tous les 10 ans)
Filtre à sable Traitement Faible Aucun
Lit d’épandage Traitement Faible Aucun

Dans le tableau qui suit, vous trouverez tous les avantages offerts par chaque type de dispositif, ainsi que les inconvénients que vous pourrez rencontrer par rapport à leur usage :

Dispositif Avantages Inconvénients
Fosse et filtre à sable
  • Toutes capacités.
  • Simple de fonctionnement
  • Surface moyenne obligatoire > 40 m².
  • Peut s’obstruer si mal entretenu
Fosse et filtre zéolithe
  • Importante densité
  • Installation limitée pour 5 pièces principales.
  • Coût élevé du renouvellement du filtre.
Fosse et filtre compact
  • Surface compacte inférieure à 20 m²
  •  Coût élevé du renouvellement du filtre.
Massif/filtre planté
  • Peut faire traitement et prétraitement à la fois
  • Peut s’apparier avec des toilettes sèches.
  • Ne produit pas de boues
  • Ne nécessite que très peu de vidange
  • Surface moyenne.
  • Nécessite un entretien régulier
Micro-station (à culture libre ou fixée)
  • Surface compacte inférieure à 10 m².
  • Longévité garantie
  • Dispositif unique pour le traitement et le prétraitement
  • Forte consommation électrique.
  • Beaucoup de bruits à cause du système électrique
  • Maintenance compliquée, vidanges fréquentes.
  • Coût hyper élevé
  • Pas éligible à l’éco prêt
Toilettes sèches (avec filière pour eaux ménagères)
  • Possibilité de se coupler avec un filtre planté.
  • Nécessitent une grande surface d’épandage.
  • Doivent être assemblées avec un dispositif de traitement des eaux ménagères.

NB :

Il est toujours indispensable de se renseigner auprès du SPANC pour connaitre les dispositifs interdits, ceux autorisés, et ceux soumis à agrément. Les recommandations des filières agréées sont également consultables afin de connaitre le type de dispositif adapté à l’emplacement.

Les conditions d’entretien : aussi importants que les types de dispositifs

L’entretien est un élément à ne pas prendre à la légère avant de choisir un dispositif d’assainissement. Il faut donc connaitre :

  • La quantité de boue produite par le dispositif (pour savoir la fréquence des vidanges à effectuer)
  • L’autonomie du système (pour prévoir à l’avance l’entretien du moteur)
  • La durée de vie du dispositif (certains peuvent nécessiter des travaux de rénovation importants)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *